___________________________________________________________________________________________________________________________________________
Mouvement
Projecteur de diapos et projecteur Super 8, ombres chinoises, 2017

Une danseuse cherche son mouvement. Le cadre explose. On aperçoit toujours une île.
Tension entre deux univers: superposition, recouvrement, contrastes de couleurs, différences d’intensités.
Peu à peu apparaissaient des objets. Ceux-ci se mettent en mouvement. Puis un corps, des mains de femme improvisent une danse libre.



___________________________________________________________________________________________________________________________________________

Dans le vent
Performance sonore et projecteurs Super 8, 20 min.

Cette création a été inspirée par un lieu: un site cinéraire près d'Auray où l'on vient déposer les cendres de ses proches au pied d'un arbre.





Note d'intention
Un jour, il y a eu la découverte d'un lieu. Le long de la rivière du Bono près d'Auray, dans le Morbihan. C'est une sorte de jardin. Un grand terrain entouré de bois, tombant en pente douce vers la rivière.
Une rivière qui se remplit et se vide au gré des marées, passant de tons turquoises à des tons outremer. On l'appelle « Les jardins de mémoire ».
Dans ce jardin se dressent des arbres de différentes variétés : des érables, des oliviers, des magnolias. Au pied de chaque arbre, une plaque porte un nom. Elle est souvent entourée de petits objets, de bouddhas, de croix, de lanternes, de fleurs plantées, parfois enserrés par une bordure en pierre.
Les branches des arbres résonnent quand la marée montante s'accompagne d'une brise légère. On entend les feuilles qui crépitent. Mais aussi des carillons, des hélices. Les arbres nous offrent un concert. Les oiseaux et les mats des bateaux s'en mêlent. On entend des pas et des paroles au loin.
C'est d'abord par le son que je suis arrivée là. Puis la rivière, sa lumière, m'ont amené peu à peu vers l'image du lieu.
Je l'ai arpenté de long en large.
Pour la première fois de ma vie, je me suis « projetée » dans ma mort.

On ne se reconstruit que dans la beauté...
"On ne se reconstruit que dans la beauté, jamais dans la laideur. La laideur nous ramène une image de nous-même que l'on veut fuir. La beauté nous met en paix avec nous-même. Ici, on a une harmonie. On a l'eau. Ici, en plus, c'est l'eau un peu marine. La mer envahit la rivière au moment des marées. Donc il y a cette vie. Le flux, le reflux permanent. Les couleurs qui changent. Et l'eau c'est la source. Source de tout. Source de vie. Sans eau, pas d'arbre, rien, le désert. Donc c'est vraiment une symbolique de vie profonde et forte. Un lieu comme celui-ci, c'est au bord de l'eau qu'il faut le placer forcément.
On a les éléments essentiels, la terre et l'eau, qui permettent la vie à l'arbre.
Il y a la partie apparente de l'arbre, le tronc, et la partie immergée de l'arbre, comme un iceberg, tout le réseau de racines. Tout ce qui est sous terre, c'est le souvenir de lumière passée. C'est toutes ces lumières passées qui ont créé ce biotope. Et tout ce qui est au-dessus, c'est la lumière qu'on prend aujourd'hui et qui va créer cette énergie de demain. Les cendres participant à cette osmose. L'arbre se nourrit de lumière passée pour éclairer l'avenir."
Lionel Le Maguer, créateur des Jardins de Mémoire


Cette performance a été présentée lors des Hors Lits Nantes #5.

Depuis 2005, les soirées organisées par le réseau “Hors lits” s’inscrivent dans une démarche sensible de réécrire l’intime
en ouvrant des espaces alternatifs entre artistes, habitants et spectateurs. Ces événements proposés en appartements
se développent et s’exportent dans plusieurs villes (Montpellier, Toulouse, Marseille, Bordeaux, Vevey, Barcelone, Paris,
Bruxelles, Genève...) sous forme de “rhizomes” d’artistes rassemblés autour d’un concept commun : Un parcours citadin guidé,
durant lequel les participants visitent 4 lieux de vie, habités chacun par un acte artistique de 20mn.

LES ARTISTES des Hors Lits#5 Nantes
--Laure-Anne Bomati Dans le vent -- Stéphane Menti Dire les choses pour ne plus avoir à les penser
-- Mathias Delplanque Le détecteur de mouvement -- Laurent Cebe Le discours sincère, d'après le mémoire d'Alice Masson
Les figures du sincère, interprétation: Alice Masson et Cédric Cherdel


____________________________________________________________________________________________

Le printemps du Thermogène
Poètes, vos papiers !
Le cinématographe, 2015




Philippe Gicquel a invité le vendredi 3 avril 2015 au Cinématographe les auteurs Isabelle L’helgoual’ch, Jacky Joguet, Michel Valmer à improviser avec les musiciens Erwan Foucault (guitares, machines, effets...) et Etienne Boisdron (accordéon) et les vidéastes Laure-Anne Bomati et Charlie Mars pour une poésie augmentée de sons et d’images. Le choix des textes: à la discrétion du sort lancé par le public.

Pour en savoir +


Printemps du Thermogène / Poètes vos papiers! 3/4/15 au Cinématographe, Nantes - Isabelle L'Helgoualc'h - Laure Anne Bomati from fouko erwan on Vimeo.




Top